24H DU MANS CLASSIC / HISTORIQUE, 6-8 JUILLET 2018Retour

LE MANS CLASSIC   6, 7, 8 JUILLET 2018

Les 24 Heures du Mans écrivent l’histoire, Le Mans Classic la raconte… En 2018, le Mans Classic vit sa neuvième édition : à raison d’un rendez-vous tous les deux ans, voilà donc près de vingt ans que l’évènement créé par l’Automobile Club de l’Ouest et Peter Auto s’inscrit comme une date incontournable du monde automobile. Au fil des éditions, cette formidable rétrospective a conquis le public ; les concurrents ; les clubs de marques, gardiens de notre merveilleux patrimoine automobile ; ainsi que les exposants qui s’y rendent de plus en plus nombreux. En 2018, de nombreux anniversaires sont célébrés, à l’instar notamment du 40e anniversaire de la victoire d’Alpine aux 24 Heures du Mans ou encore du 70ème anniversaire de la naissance de la Porsche 356…

Site officiel 

 

WIKIPEDIA:

« Avec une longueur de tracé de 13,626 km, il est l’un des circuits automobiles les plus longs du monde. Sa particularité est l’utilisation pour trois quarts de portions routières ouvertes à la circulation publique pendant le reste de l’année, le circuit n’étant utilisé qu’une dizaine de jours par an (essais, compétition et épreuves classiques spéciales). »

 

RESULTATS

Les 24 Heures du Mans classic, cette incroyable aventure qui défie le temps: le bruit incessant des moteurs, l’odeur persistante des gaz d’échappement et pourtant toujours cet engouement des pilotes et du public ! Cette année, le Moderne Racing Team concourt avec la « petite » Porsche (qu’on ne présente plus) 930 turbo 1978 de Fabio Spirgi. Cette année également, Fabio y re-convoque son ami et pilote confirmé, Philippe Giauque.

A eux deux, la voiture a toute ses chances de rivaliser avec ses concurrentes de même catégorie, pour autant que la chaleur étouffante du tarmac et la ligne droite de plusieurs kilomètres n’abîment pas la mécanique. Il y a 1’000 pilotes au départ, partagés en 9 plateaux et autres petits championnats: plus de 700 modèles de compétition historiques, dix anciens vainqueurs des 24 Heures, 8’500 voitures représentant 200 clubs de 60 marques, les célébrations du 70ème anniversaire de Porsche et du 40ème anniversaire de la victoire d’Alpine aux 24 Heures du Mans et la vente aux enchères Artcurial Motorcars. 

Les horaires irréguliers des essais et des courses amènent de la difficulté à la gestion des réglages de la voiture et du sommeil de l’équipe. Nous sommes dans le plateau 6, avec des Porsches 935, Ferrari 512, BMW M1, Chevron B31, Lola, Aston Martin ou autres Ford Grand Torino, pour ne citer qu’elles. Le contrôle technique du jeudi se fait avec une petite modification anodine, les premiers tours de piste du vendredi sont directement les qualifications: celles de jour à 19:08 et celles de nuit le samedi à 02:35. Quelques petits réglages de dernière minute et la voiture est prête à concourir. 

La première course (de nuit) prend place le samedi à 23:26. Il y a 64 pilotes au départ. Philippe fait la première moitié, suivi de Fabio pour la deuxième. La course se passe sans encombre et la voiture se place 29ème sur 64 au classement, 30ème selon l’indice de performance et 38ème au temps scratch. Les marques sont prises par les pilotes et le team mécanique peaufine les réglages, pendant que Fabio et Philippe tentent de dormir quelques heures, le prochain départ de la deuxième course étant donné à 06:59 le dimanche. C’est Fabio qui prend le départ cette fois-ci, puis laisse le volant à Philippe en deuxième partie de course. La voiture grappille des secondes et se place à la 25ème place du classement général, 27ème selon l’indice de performance et 37ème du temps scratch. Le prochain départ pour la troisième et dernière course est donné à 15:17.  Une décision stratégique doit être prise à ce moment-là: tenter le tout pour le tout ou soulager la mécanique et espérer arriver au bout de cette neuvième édition. La décision est prise, il faut amener cette petite 930 turbo au bout…

C’est alors que Fabio prend seul le volant dans cette dernière course du Mans. Il passe le drapeau à damier au bout de 48min, garde sa 27ème place au classement, gagne 6 places et fini 21ème selon l’indice de performance. C’est non sans une grande émotion que toute l’équipe pousse un souffle de soulagement et félicite ses pilotes pour cette aventure que tout passionné rêve de finir. Au classement final, Fabio et Philippe se placent 15ème sur 64 selon l’indice de performance en comptant les abandons et 16ème sur 64 au temps scratch. Si l’on prend la catégorie en particulier, ils font une magnifique 3ème place.

S’il y a une leçon à tirer de cette fabuleuse aventure: ne jamais baisser les bras et vivre ses rêves (et envisager une éventuelle reconversion dans les smoothies bien méritée…!)